Aucune douleur pendant plus de 37 semaines dans l’année… c’est ce qu’apporte la chiropraxie aux patients lombalgiques les plus douloureux. Ceux dont le mal impacte le plus significativement leur qualité de vie. Et c’est la recherche qui le confirme, selon une étude publiée en avril 2020 sur les soins chiropratiques de maintenance.

Les soins de maintenance chiropratique correspondent à la poursuite de soins de manière régulière sans attendre l’apparition d’un nouvel épisode douloureux et ce après avoir été soulagé lors de la première phase douloureuse. Les soins de maintenance se distinguent en-cela de l’approche des traitements fondée sur les symptômes. Dans ce dernier cas, le patient ne retourne voir son chiropracteur qu’à réapparition de la douleur ou lors de la sensation de perte de mobilité.

Les soins de maintenance sont très développés en Europe du Nord. On estime en effet que près de 30% des patients scandinaves suivis par un chiropracteur bénéficient de soins de maintenance. Ils font l’objet de recherche dans le cadre du Nordic maintenance care program, qui réunit des chercheurs suédois et danois, pour en mesurer l’efficacité. Leurs recherches portent sur un groupe de 328 patients lombalgiques de 18 à 65 ans, pour lesquels les soins chiropratiques ont déjà apporté une réponse favorable. Les patients, répartis aléatoirement dans deux groupes, ont reçu pour les uns des soins de maintenance, pour les autres un traitement fondé sur les symptômes. Les patients ont été suivis pendant une année durant laquelle ils ont été régulièrement interrogés sur leurs douleurs par SMS.

En 2018, une première exploitation de ces données était publiée dans la réputée revue PlosOne. Cette première recherche concluait que les patients suivis en soins de maintenance avaient souffert près de 13 jours de moins dans l’année que les patients recevant un traitement fondé sur les symptômes, soit 85 jours douloureux versus 98. Parallèlement, les patients suivis en soins de maintenance avaient reçu deux consultations en plus que les patients de l’autre groupe soit 6,7 consultations en moyenne dans l’année contre 4,9.

Une analyse secondaire de ces mêmes données a été publiée en avril 2020. Selon cette nouvelle étude, outre que les soins de maintenance diminuent le nombre de jours douloureux chez les patients lombalgiques, ils allongent aussi significativement les périodes sans aucune douleur ressentie, en particulier chez les patients les plus affectés par la lombalgie (douleurs très sévères et ayant un fort impact sur leur vie quotidienne).